La sorcière de Janvier

Le 29 Janvier 2010

Le mois de janvier est bien connu des Bécassiers pour ses Bécasses roublardes et difficiles d'approche. Certaines, après avoir échappé à plusieurs coup de fusils et autre animal à quatre pattes, développent une capacité à la défense fantastique.

 

Axelle et moi avons eu la chance de rencontrer quelques oiseaux comme ceux là. Mais une de ces dames au long bec à particulièrement retenue nôtre attention en ce mois de Janvier 2010...

 

Première décade de janvier... Alors que le froid sévit sur les trois quarts du Pays, les fédérations décident de suspendre la chasse afin de protéger les oiseaux les plus sensibles aux climats rudes. Les oiseaux et en particulier les bécasses souffrent des grands froids et surtout de la neige car les possibilités de se nourrir y sont très faibles voir nulles. Ici dans le département des Landes, il fait froid à cette période, mais sans plus, les belles percées du soleil en milieu de matinée, dégèle la majorité des sols ; les oiseaux ne soufrent donc pas. Cependant, étant les seuls épargnés de la vague de froid, les oiseaux du nord et du centre de la France vont bien évidement trouver refuge chez nous afin de pouvoir s'alimenter correctement. En effet de fortes tombées de bécasses furent observées dans le sud-ouest à partir du 10 janvier. Le 11 au soir, la chasse était fermée dans tous les départements du sud ouest y compris la Gironde!!!!! Beau geste :o))) Même si beaucoup de chasseur sont contre ce genre de procédure, il en va de la pérennité des espèces migratrices que ce soit canards, bécassines, vanneaux, alouettes et bien entendu nos mordorées. Grâce à nôtre excellente fédération des chasseurs des Landes, j'ai pu malgré tout sortir avec la Gordon car l'autorisation de sortir avec les chiens avait été approuvée.

 

Et c'est là que se produisit la première rencontre avec nôtre sorcière de janvier, le 14 exactement. Ce matin là, Axelle chasse fort comme à son habitude et lève un oiseau d'entrée de jeu sur la première place visitée. Nous nous dirigeons vers une seconde place, le long d'un ruisseau...cependant, il faut traverser une grande plantation de pin avant d'y arriver, ma p’tite noire et feu prend toujours beaucoup d'avance sur moi, elle sait que ce coin est adoré pas ses copines de jeu les Bécasses!!! Alors que je me trouve à peine au milieu de la plantation, plus de bruit de cloche, c'est le silence absolu...vite, je m'empresse caméscope en main de rejoindre Axelle, car elle doit être à l'arrêt quelque part dans ce lieu magique... Arrivé sur place, je scrute au travers de la végétation mais je ne vois pas de chien noir à l'horizon...tout d'un coup, un GLING soyeux m'indiqua la position de ma compagne de chasse...ça y est, je là vois!!! elle est statufiée sur un lit de mousse épaisse au pied d'un joli chêne...pas le temps d'enlever la protection de l'objectif que la belle des bois démarre en chandelle à l'opposé de moi ! Mer….e! Une belle occase ! Ratée...tant pis, on part à sa recherche et cette fois elle sera dans la boite. Grosse désillusion car après plus d'une heure de recherche et un autre oiseau « différent » trouvé, nous ne reverrons pas cette maline, elle s'est comme volatilisé.

 

Plusieurs jours se passent et la chasse ré-ouvre ; j'ai un peu de temps devant moi et décide d'aller voir si nos oiseaux sont toujours là...nous sommes le 18 janvier. Première bordure de ruisseau, là où se trouvait le premier oiseau de nôtre sortie précédente, rien, pas de coup de nez...elle est partie ! Seconde place, même cinéma que la dernière fois, arrêt d'Axelle dans la mousse, je ne peux pas me placer, je vois la belle qui démarre sur le côté opposé, nous ne reverrons (encore une fois) pas cette bécasse. Troisième place, arrêt sous les bambous, suivi d'un énorme coup de nez, mais rien ne volera, la belle est déjà loin !

 

Le lendemain 19 janvier, j'ai une heure pour aller essayer de ruser la belle. Cette fois, Axelle et moi arriverons depuis l'autre côté....mais la sorcière a bien d'autres tours dans son sac ; car elle partira à plus de 30 mètres de la chienne, sans qu'elle n'ai le temps de l'arrêter. Elle me passera en travers à 15 mètres me fixant avec son oeil de velours, quelle beauté d'oiseau ! Je ne lèverais bien évidement pas le fusil car mon dicton dit "bécasse pas arrêtée, bécasse pas pétée"...je me dois de respecter ce joyaux de la nature le plus que possible, le prélèvement n'est que chose finale après un superbe travail du chien. Par la suite, Axelle me fera deux beaux arrêts sur place chaude mais vous connaissez déjà le reste...

 

Le 23, rebelote!!! Cette fois, je me place sur un chemin, qu'elle a à priori l'habitude d'emprunter pour aller vers sa remise secrète...je laisse la Gordon travailler, 3 minutes plus tard plus de cloche, j'attends le coeur battant!!! mais nôtre sorcière bien plus maline passera là où je me place habituellement...j'enrage!!!Axelle ne va pas tarder à me dresser le piquet de grève!!!! Nous la relèverons 2 fois sans jamais la voir et sur le retour, en repassant à sa place favorite, je l'aperçois entrain de se dérober devant la noire et feu, je la fixe et vois où elle se repose!!! J’appelle la chienne et lui dit : "on la tient mon p’tit chien, elle est sous la tête de pin à 100 mètres". Plus nous nous rapprochâmes du fameux arbre couché plus les montées d'adrénaline étaient fortes. Axelle passe à côté et pris une grosse émanation, suivi d'un joli pistage qui menait à un tuc...puis plus rien!!! Tourne ! Et retourne ! La belle nous avait encore fait faut bond sans que je puisse la voir puisqu'elle a du se servir de cette mini colline pour se masquer!!!! quelle « morpionne!!! » Il est tard, nous prîmes le chemin de la maison....

 

Mardi 26 janvier, 12h30 je sors d'un petit sommeil après une longue nuit de boulot,il fait un soleil magnifique, Axelle me regarde en faisant sa sérénade habituelle, le rendez vous avec nôtre sorcière est pris. Arrivés sur les lieux, Axelle me devance plus que fortement, la passion pour cet oiseau la devance...nôtre scolopax va elle être là??? va elle être partie??? Question que je me suis posé à chaque fois en approchant cette remise! J’accélère un peu le pas et n'entends plus le son de la sonnaille, je m'avance et vois ma Gordon plantée tête à l'équerre, la dame des bois est devant c'est sûr!!! je me place sur un barrado afin d'être surélevé lorsque la sorcière démarre...j'épaule mais me rend à l'évidence, je ne la vois pas put...n!!! Elle nous refera le même cinéma un peu plus loin puis partira vers un endroit...que nous ne trouverons pas pendant plus d'une heure!!! pas de traces, où va elle se planquer?? Désespérés, nous prîmes le chemin du retour vers la voiture quand d'un coup, dans la pente de pins ensoleillée, ma Axelle prit une émanation terrible, tête très haute, elle remonte très fermement et arrête près d'un gros pin...je la rejoins rapidement et l'arrêt se prolonge plus d'une minute!! que c'est long une minute quand la pendule tape à cent à l'heure!!! Je n'y crois d'ailleurs plus trop, car jamais nôtre dame au long bec ne s'est laissée arrêtée aussi longtemps...pourtant « Ax » m'indique la présence certaine de l'oiseau à 2 mètres de son nez, entre le pin et moi...je regarde par terre mais ne vois rien!!! Soudain un fla !fla !fla ! caractéristique me ramène à la réalité, j'épaule mais la belle passe derrière ce gros pin, je me décale d'un pas et elle se décale encore derrière un pin, une fraction de seconde plus tard, une petite fenêtre me permet de lui envoyer mon coup le plus serré, les plumes giclent, la sorcière de janvier est vainque. Axelle pousse cette superbe bécasse du bout de son nez et me regarde d'un air victorieux. jamais je n'avais ressenti cela auparavant, c'était nôtre victoire à tous les deux, une victoire méritée après un long combat avec un oiseau malin, sauvage et roublard A ce moment là, le summum de ma passion était atteint et le plaisir pris n'avait pas de mots pour le décrire. nôtre récompense avec cette superbe bécasse adulte, nommée la Sorcière de janvier...

 

 

La récompense!!!!
La récompense!!!!
Une adulte magnifique...
Une adulte magnifique...
L'aile, on remarque bien que les franges de la couverture primaire sont claires et fines signes d'une bécasse adulte dans la plupart des cas...
L'aile, on remarque bien que les franges de la couverture primaire sont claires et fines signes d'une bécasse adulte dans la plupart des cas...

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Hommage à une jeune roublarde...

le 4 décembre 2009

Joli temps en ce mercredi 2 Décembre, je pars avec ma petite Gordon à la recherche de Dame bécasse.Arrivé sur le hot spot, personne, pas de voiture!!!rare par chez moi!!!!rien que ce détail m'encourage fortement pour la suite de cette matinée. Premier ruisseau, c'est parti, la noire et feu traque et recherche à vitesse grand V le bel oiseau aux couleurs d'automne. elle marquera deux ou trois jolis coups de nez mais rien ne volera, alors bécasse roublardes ou imaginaire???seule Diane le sait... Une petite heure plus tard, c'est l'arrêt ferme sur une belle pente bien propice à la pose des mordorées...je me place, mon petit coeur part en chandelle mais toujours pas d'oiseau!!!Axelle casse l'arrêt mais rien ne volera....je commence à douter de ma compagne de chasse!!! Erreur!!!car à peine 5 minutes plus tard, la black and tan se tend en plein milieu d'une barthe (bord de ruisseau marécageux), je la rejoins à la course car je sais que les belles sont légères en ce moment!!!pas le temps de me placer que dame au long bec démarre en trombe derrière un chêne entouré de ronces!!!je ne peux pas la tirer sur les 20 premiers mètres mais elle commit une faute en montant en chandelle et je pu enfin lui envoyer une gerbe de 9!!! l'oiseau d'or dégringole sur mon premier coup, je suis comme à chaque fois aux anges!!! cependant, arrivé sur le lieu présumé de chute, pas de bécasse!!!je cherche, axelle cherche mais rien!!!je repart sur le lieu de tir afin de bien repérer mais rien!!!soudain, un oeil m'attire...c'est nôtre oiseau, elle n'est que blessée...je m'approche pour la saisir mais la belle se met à piéter et à nous faire une splendide roue!!!quelle spectacle!!!je prendrais quelques photos de cet oiseau magnifique et tiens à lui rendre hommage en image....

Bye ma belle et belle vie au paradis des belles des bois... Et un grand MERCI à ma belle Gordon qui me procure un plaisir immense en cette saison 2009/2010...

Photo d'Axelle:  Laurent Bernede
Photo d'Axelle: Laurent Bernede

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Histoire d'un Saumon pas comme les autres!

c'était le 24 juillet 2010

Il y a quelques années de cela, je me lançais à la recherche de maître Salmo Salar dans les eaux émeraudes du Gave d’Oloron…Armé d’un matériel très classique du type 15 pieds soie de 9 et d’incontournables shooting head je peignais les pools du Gave avec acharnement, croyant à chaque seconde à la touche.

Malheureusement, et malgré les saumons vus ou pris par d’autres pêcheurs, le miracle de la tirée tant attendue n’eut pas lieu….Découragé très rapidement car aimant trop prendre du poisson, je reparti vers “mes” truites bien plus nombreuses et faciles à prendre…même si elles sont parfois très très coquines.La maladie de la Saumonite ne m’attrapa point.

Plusieurs années passent, et je me retrouve un soir de ce mois de juillet au bord du Gave avec Jean-Yves. Prêts à en découdre avec quelques farios, nous attendons avec impatiente le premier rond et il faut dire que les ronds, cette saison, se font plus que rares pour ne pas dire absents….une année difficile quoi.

Au bout d’une vingtaine de minutes, JY aperçois le premier gobage et commence à remonter lentement vers l’amont afin d’essayer de tromper cette panthère qui gobe très irrégulièrement…Je reste en retrait et regarde la scène tout en passant un coup de fil à ma ptite famille.Une oreille prise, les yeux balayant ce fond de radier je fus surpris par un superbe marsouinnage quelques mètres à l’aval de Jean-Yves!!!je raccroche et lui pousse un “héé!!!tu l’as vu celle là???!!!”non” me répond-il suivi d’un “attaques là, tu es mieux placé”….je regarde à nouveau ce poisson qui sort entièrement la tête pour s’emparer de tout ce qu’il passe à portée, je tente un premier passage dans l’axe mais pas de réaction, normal car ce dernier se déplace beaucoup et vient de gober un mètre à droite de ma mouche, je retente ma chance et allonge un peu mon second lancer, le poisson re-gobe pile dans la veine porteuse de mon imitation, à un mètre à l’aval ce celle-ci!!!!!!les palpitations s’accélèrent quand mon cul de canard n°14 disparaît sous le nez de ce poisson…je ferre, et là, de violents coups de tête suivis par un saut et plusieurs démarrages foudroyants me fit penser à une truite record voir mon record personnel tellement ce fish est lourd et a du gaz!!!!Jean-Yves arrive vers moi afin de m’épuiser le peush, la première tentative ne fut pas la bonne et le poisson, furax, repart de plus belle mais la seconde fut concluante!!!Merci JY :o )))

De suite, nôtre oeil est attiré par la livrée très argentée de ce poisson qui nous fit penser à une Truite de Mer, mais en regardant bien, nous ne voyons aucun points noirs sous la ligne latérale, la nageoire caudale est échancrée, la tête est fine et pointue et la mâchoire ne dépasse pas le derrière de l’oeil….pas de doute c’est un Saumon!!!un joli castillon est venu saluer ma mouche sèche d’un gobage digne d’une grosse mémère du Gave et en plus a dépucelé la new épuisette XXL de Jean-Yves…

Nous sommes tous les deux sur le cul et revenons avec un bien beau souvenir en tête, cette soirée je m’en rappellerais JY sois en sûr car je pense que cela ne me ré arrivera pas de si tôt……

Ô Salmo, tu m’as mis la misère ce soir là et quel cadeau tu m’as fait de t’emparer de ma mouche sèche!!! je crois qu’après ce coup de ligne très très exceptionnel (j’ai eu un bol terrible),  le virus qui ne m’avait pas attaqué il y a quelques années m’a choppé de plein fouet, je suis bel et bien malade, car je ne pense plus qu’à ça, collègues, j’ai attrapé la Saumonite aiguë!!!

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Sortie Mixte

Le 28 mai 2010

Hier matin, j'ai pris la direction des Gaves et du Vert remonté comme une pendule et plein d'espoirs pour cette belle journée de printemps.

7h40, j'arrive enfin sur un pool du Gave entre Sorde l'Abbaye et Navarrenx, ce dernier ayant la particularité d'être réputé pour ses Aloses. Je scrute la surface quand par magie un dos argenté attire mon attention...pas de doute, les titines sont là!!!je partirais à la course me préparer pour aller affronter mes précieux Tarpons de rivière.

Je suis maintenant les pieds dans l'eau, deux autres aloses marsouinent en même temps pile dans mon axe, à une vingtaine de mètre en aval...je déroule le shooting, le laisse sortir des anneaux de la deux main et cale avec mon pouce le running line, la machine à lancer est armée.Un petit spey cast pas terrible (je ne maîtrise pas au top ce lancer peu courant pour moi)expédiera ma mouche à plus de vingt mètres.Première dérive pas de touche, les poissons sont plus bas, deuxième dérive, j'allonge un peu, et c'est la soie qui me glisse des doigts, victime d'une touche rageuse!!!!

Je relance et amorce un passage prometteur qui devrait me rapporter une nouvelle touche voir un fish!!!ma mouche arrive peu à peu dans la zone "chaude", le coeur s'emballe, la canne est tenue fermement, la pointe plie, un coup sec attire mon poignet vers la rivière...je répond par un ferrage appuyé et ressent immédiatement les furieux coups de tête suivis par une belle chandelle!!quel combat!!!et quel plaisir!!je ne me lasserais jamais de telles sensations...la belle pique du nez vers le fond et ébranle le scion comme il se doit, je bride gentiment, elle résiste mais finira dans mon épuisette juste à sa taille...c'est un beau poisson frais de pile 55 cm aux couleurs argentés et violacées, la voici.


Le plaisir se renouvellera une fois puis plus rien, les poissons ont bougés....

Il est maintenant 10h30, je décide de partir un peu plus haut et sur une autre rivière, le Vert à côté d'Oloron.

La rivière est à un bon niveau mais il y a peu de mouche, je ferais une dizaine de poissons en nymphe au fil (une casquée marron taille 14)..la plus belle se décrochera au raz de l'épuisette, poissons que j'estimais à 35 cm...

Cette sortie à la truite n'avait pour moi pas le même charme que d'habitude, mes pensées étaient ailleurs...sur ces fameux tarpons de rivière...


Voici quelques images..

@+

Écrire commentaire

Commentaires : 0